DOSSIER

Présidentielle au Zimbabwe: Emmerson Mnangagwa élu au premier tour

Publié le 03 Août 2018
248 vues

Emmerson Mnangagwa, à la tête du Zimbabwe depuis qu'il a écarté son dirigeant historique Robert Mugabe en novembre dernier, a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle de lundi, un résultat contesté par l'opposition.

Il était plus de minuit lorsque la commission électorale zimbabwéenne a annoncé les derniers résultats, province par province, confirmant qu’Emmerson Mnangagwa avait gagné l’élection présidentielle. L'ancien bras droit de Robert Mugabe « est par conséquent déclaré président élu de la République du Zimbabwe à compter du 3 août », a annoncé la présidente de la commission électorale, Priscilla Chi Gumba en conférence de presse.

L'ancien bras droit de Robert Mugabe, tombé en novembre, a été élu dès le premier tour de la présidentielle, de justesse, avec 50,8% des suffrages contre 44,3% pour l'opposant Nelson Chamisa, a annoncé ce vendredi 3 août la commission électorale.
« Merci Zimbabwe (...). C'est un nouveau départ. Unissons-nous dans la paix, l'unité et l'amour et ensemble construisons un nouveau Zimbabwe pour tous », a lancé Emmerson Mnangagwa sur son compte Twitter. « Même si nous avons été divisés pendant les élections, nous sommes unis dans nos rêves », a-t-il ajouté.

L'opposition conteste

Emmerson Mnangagwa l'emporte avec une majorité absolue. Il s'est imposé massivement dans les zones rurales notamment mais de si peu que sa victoire va certainement susciter des contestations.

Nelson Chamisa lui l'a emporté dans les zones urbaines de Bulawayo et Harare. L'opposition zimbabwéenne dénonçait déjà jeudi soir de « faux » résultats et annonaçait que l'affaire serait portée en justice. Quelques heures avant l'annonce des premiers résultats de la présidentielle, le candidat du MDC avait, lors d'une conférence de presse, maintenu qu'il avait remporté l'élection et avait de nouveau accusé la commission électorale de « manipuler » les résultats. « Laissez la commission publier ses résultats, avait déclaré Nelson Chamisa, nous publierons ensuite les nôtres ».
Mercredi 1er août des heurts entre des partisans de l'opposition et les forces de police ont fait six morts dans les rues de Harare. Depuis, le centre-ville est quadrillé par les forces de l'ordre et la tension persiste dans la capitale.


Publicité


Dernières minutes
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Etudiants et personnel médical défilent contre Bouteflika à Alger (AFP)
Christchurch : six corps de victimes rendus aux familles (police)
Nouvelle-Zélande: le tireur des mosquées doit subir la loi dans "toute sa rigueur" (Ardern)
Le groupe Etat islamique crie vengeance contre les Kurdes de Syrie
Pays-Bas: l'auteur présumé de la fusillade d'Utrecht arrêté (police)
"Gilets jaunes": Griveaux prône le dialogue mais maintient le cap
Municipales 2018: Reprise du scrutin dans les localités de Bassam, Bingerville, Rubino et Booko (Cour suprême)
La star du Football brésilien Ronaldinho est arrivée à Abidjan
La CAF retire l`organisation de la CAN 2019 au Cameroun. (Officiel)
Le RHDP récuse les accusations du PDCI-RDA quant aux supposées fraudes durant les élections locales (Adjoumani Kobénan)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com