POLITIQUE

Politique : Jean-Louis Billon (PDCI) d’accord avec Ouattara, de ‘’laisser la place à une nouvelle génération ’’(RFI)

12 Mars 2020 - Autre Presse
1228 vues

Jean-Louis Billon, l'un des secrétaires exécutifs du PDCI était l’invité de RFI ce mercredi matin. Interrogé par Christophe Bois bouvier, le proche de Henri Konan Bedié a réagi à la décision du président Ouattara de ne pas briguer un troisième mandat.

Jean-Louis Billon, l'un des secrétaires exécutifs du PDCI était l’invité de RFI ce mercredi matin. Interrogé par Christophe Bois bouvier, le proche de Henri Konan Bedié a réagi à la décision du président Ouattara de ne pas briguer un  troisième mandat. 

Jean-Louis Billon dit ‘’ne pas être surpris’’ par la décision du président Ouattara.

« Surpris, pas vraiment. Je pense qu’il avait médité cette décision depuis un bon moment et en tout cas, ce qu’il y a de bien, c’est que ça met fin au débat qui existait dans le pays par rapport à la faisabilité d’un troisième mandat ou pas. Ce débat étant clos, nous pouvons passer à autre chose ».

Jean-Louis Billon croit savoir la décision de Ouattara. 

Pour lui « deux mandats c’est long, c’est exigeant, une fonction au plus haut niveau(…) il y a l’usure du pouvoir et la fonction présidentielle est une fonction extrêmement exigeante. Pour rester performant aussi longtemps, c’est extrêmement difficile ».

«  Donc il faut que le sang se renouvelle au sommet de l’État, et moi je salue sa décision qui a le mérite de privilégier le renouvellement de la classe politique », a martelé Jean-Louis Billon, sur la volonté du Président Ouattara de ‘’laisser la place à une nouvelle génération’’.

Concernant la modification constitutionnelle que propose le pouvoir, notamment dans le mode de désignation du vice-président, Jean-Louis Billon déclare que : « Ce n’est pas tant l’importance des changements qui sont en cause.

C’est la manière. Voyez-vous, on ne change pas la loi fondamentale tout seul dans son coin, on rate encore une fois l’occasion de réunir les Ivoiriens, l’occasion de se réconcilier autour d’un texte fondateur qui est la Constitution ».

Sur la possibilité d’une alliance dès le premier tour entre le PDCI et le FPI de Laurent Gbagbo, Jean-Louis Billon répond : « Je ne peux pas vous répondre aujourd’hui, le FPI est un parti politique qui aspire également à la gestion du pouvoir d’État.

Y’aura-t-il un candidat [FPI] ou pas, pour l’instant nous ne le savons pas encore, mais nous sommes dans une alliance, avec une bienveillante attention l’un envers l’autre. Guillaume Soro fait déjà partie de notre plateforme, donc l’union des forces d’opposition est aujourd’hui un fait ».

Jean-Louis Billon semble être ‘’d’accord’’ avec le Président Ouattara, sur sa volonté de ‘’laisser la place à une nouvelle génération’’. 

« de toutes les façons, fort heureusement la vie nous amène toujours à connaitre une nouvelle génération, et la nouvelle génération va arriver de fait en Côte d’Ivoire, donc il est normal que la Côte d’Ivoire connaisse une nouvelle génération d’acteurs politiques, de dirigeants et nous nous y préparons (…) Mais ce que je peux vous dire par rapport à la nouvelle génération, en ce qui nous concerne, c’est que nous ne pensons pas à une nouvelle génération seulement en âge.

Nous pensons à une nouvelle génération, bien sûr en âge, mais également en vision, en éthique, en gouvernance. Donc quand le président Ouattara parle d’une nouvelle génération, je ne vois pas dans son parti cette nouvelle génération qui constituerait un nouveau logiciel pour la Côte d’Ivoire », a-t-il dit.

A la probable candidature de son mentor Henri Konan Bédié, à la présidentielle d’octobre 2020, M. Billon, ne trouve pas d’inconvénient. Mieux,

« C’est son droit, la Constitution a éliminé la limitation d’âge, certains s’en étaient offusqués, la loi est passée quand même. Donc à partir du moment où il n’y a pas de limitation d’âge, tout le monde peut se présenter. Au niveau du PDCI, nous allons avoir une convention, et la convention de désignation de notre candidat décidera ».

Interroger sur sa possible candidature aux prochaines élections présidentielles en Cote d’Ivoire à l’issue de la convention du PDCI de la mi-juin, M. Billon dit ‘’réserver cette réponse aux militants du PDCI’’ cat « toute l’équipe du PDCI dont je fais partie se sent déjà prête à assumer les responsabilités ».

Jean-Louis Billon a également abordé la question de la CEI, de l’enrôlement et de la liste électorale. « si la Commission électorale n’est pas crédible, les élections futures ne seront pas crédibles.

Donc il n’y a pas que la Commission, il y a l’enrôlement, la liste électorale et tout ça doit être tinté de crédibilité. Et voyez-vous, il ne s’agit pas d’un poste au niveau de la tête de la Commission électorale, mais la déclinaison de cette Commission dans les différentes régions est déjà déséquilibrée.

Donc en réalité il faudrait se remettre autour d’une table de discussion et remettre complètement à plat cette commission électorale indépendante », a déclaré M. Billon.


Publicité


Dernières minutes
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Etudiants et personnel médical défilent contre Bouteflika à Alger (AFP)
Christchurch : six corps de victimes rendus aux familles (police)
Nouvelle-Zélande: le tireur des mosquées doit subir la loi dans "toute sa rigueur" (Ardern)
Le groupe Etat islamique crie vengeance contre les Kurdes de Syrie
Pays-Bas: l'auteur présumé de la fusillade d'Utrecht arrêté (police)
"Gilets jaunes": Griveaux prône le dialogue mais maintient le cap
Municipales 2018: Reprise du scrutin dans les localités de Bassam, Bingerville, Rubino et Booko (Cour suprême)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com