INTERNATIONAL

Déplacement des troupes françaises du Mali vers le Niger: Un prêtre catholique dénonce un passage de force

Publié le 19 Février 2022
495 vues

Père Donald Zagoré, prêtre catholique de la Société des missions africaines (SMA), voit au déploiement de la force française, anciennement au Mali

Père Donald Zagoré, prêtre catholique de la Société des missions africaines (SMA), voit au déploiement de la force française, anciennement au Mali, vers le Niger comme un passage de force. Dans cette contribution qu’il a intitulée «L’Afrique et ses monarques», il déplore l’attitude des chefs d’États africains.

La force française quitte le Mali pour s'installer au Niger et sûrement sur les autres territoires voisins. Une situation qui préoccupe Père Donald Zagoré, prêtre catholique de la Société des missions africaines (SMA) qui émet des interrogations dans cette contribution.

Questionnement

La question que l'on peut se poser est celle-ci : Le peuple du Niger a-t-il donné son accord pour le déploiement des forces françaises au Niger ? Les autres peuples donneront-ils leur accord ? En fait, comment peuvent-ils donner leur accord sans même être consultés ? La décision d'accepter la force d'occupation française sur son territoire est une décision prise unilatéralement par les hommes au pouvoir au Niger, au grand mépris de ce que souhaite véritablement le peuple nigérien.

"Le sens fondamental de la démocratie est de gouverner selon la volonté générale du peuple"

Et pourtant, dans des démocraties sérieuses, véritables, valables et fiables, le pouvoir en place aurait consulté le peuple sur une question assez cruciale en organisant tout simplement un référendum. Le sens fondamental de la démocratie est de gouverner selon la volonté générale du peuple. Hélas, on croit être dans des états démocratiques, mais en réalité, nous sommes dans des monarchies. Ce qui compte, c'est la voix du monarque.

Mépris

Le mépris des peuples africains par leurs dirigeants  au profit de l'éternel colonisateur est le mal horrible qui ronge et détruit les efforts de démocratisation des États. Des dirigeants qui aiment plus le colonisateur que leur propre peuple, on ne les trouve que seulement en Afrique.

"Nos dirigeants trahissent leur peuple, spolient leur population, sacrifient leur futur et tuent leur espérance"

Nos dirigeants sont coupables devant l'histoire de haute trahison. Ils trahissent leur peuple, spolient leur population, sacrifient leur futur, et tuent leur espérance.

On comprend pourquoi les révolutions sont toujours violentes. On ne peut pas éternellement assister de manière passive à sa perpétuelle humiliation. Il va falloir tôt ou tard se lever et  dire non. Non à ces dirigeants qui n'aiment pas leur peuple, non à ces pouvoirs monarchiques déguisés en démocratie, non à la France et à son armée d'occupation.


Publicité


Dernières minutes
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Football, mercato: L’ivoirien Hassane Kamara va signer à Nice
COVID-19/ côte d'ivoire : Enfin, une bonne nouvelle
Plusieurs chefs du commando de l'attaque de Kafolo interpellés
Convention du PDCI : Billon brise le rêve des anti-Bédié
Des barons du RHDP regrettent que Ouattara ait ‘’perdu la bénédiction de Bédié’’, selon un pro-Soro
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Etudiants et personnel médical défilent contre Bouteflika à Alger (AFP)
Christchurch : six corps de victimes rendus aux familles (police)
Nouvelle-Zélande: le tireur des mosquées doit subir la loi dans "toute sa rigueur" (Ardern)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com