POLITIQUE

Présent sur le territoire burkinabé: l’arrestation de Compaoré exigée par les Magistrats de son pays

08 Juillet 2022 - Autres Sources
195 vues

De retour dans son pays, le Burkina Faso, après 8 ans d’exil en Côte d’Ivoire où il a obtenu la nationalité ivoirienne, l’ancien Président Blaise Compaoré

De retour dans son pays, le Burkina Faso, après 8 ans d’exil en Côte d’Ivoire où il a obtenu la nationalité ivoirienne, l’ancien Président Blaise Compaoré devrait participer au processus de réconciliation auquel ont été conviés d’autres anciens chefs d’Etat.  

C’est à bord d’un avion présidentiel affrété par les autorités ivoiriennes que l’ancien Président du Burkina Faso a effectué le déplacement de Ouagadougou, la capitale burkinabé. L’appareil a bord duquel il a voyagé avec son épouse Chantal Compaoré et le Directeur général de la police du pays des Hommes Intègres, a atterri à la base aérienne militaire de Ouagadougou. Blaise Compaoré a ensuite été conduit dans un hélicoptère à sa résidence de Ouaga 2000.

Les Magistrats burkinabè exigent l'application de la loi visant Blaise Compaoré

Si ce retour a suscité une mobilisation chez les sympathisants de l’ancien Président burkinabé, qui ont afflué dans les environs de la base militaire où est descendu Compaoré, elle a fait réagir autrement une partie de la société civile. Dans le milieu de la Magistrature, c’est à une levée de bouclier que l’opinion a eu droit. Brandissant l’argument selon lequel l’ancien Président contre qui des poursuites judiciaires avaient été lancées et ensuite condamné à perpétuité par la justice de son pays dans l’affaire Thomas Sankara, les Magistrats burkinabè exigent l’arrestation immédiate de Blaise Compaoré. Trois Syndicats de leur corporation ont aussitôt produit une déclaration à cet effet.

« Les Syndicats de Magistrats du Burkina Faso suivent avec une attention particulière l'intensité des débats portant, depuis un certain temps, sur des questions relatives à l’autorité et l’exécution des décisions de justice.

Préoccupés par cette situation et les conséquences éventuelles des faits et événements qui en sont les causes sur l’indépendance et l’autorité de la justice, ils rappellent publiquement et avec force que les décisions de justice, peu importe les personnes qu’elles concernent, ont vocation à être respectées et exécutées pour produire leurs entiers effets tant qu’elles n’ont pas souffert de l’exercice d’une voie de recours (…)

En tout état de cause, tout en réaffirmant leur attachement au respect et à l’exécution des décisions de justice, les Syndicats de Magistrats du Burkina Faso, invitent le Président du Faso, garant constitutionnel de l’indépendance du pouvoir judiciaire, à œuvrer, sans condition et sans délai, en sorte que le caractère sacré des décisions de justice soit scrupuleusement respecté et que leur exécution soit assurée dans le respect strict des lois en vigueur », ont conjointement écrit le Syndicats Autonome des Magistrats Burbinabè (SAMAB), le Syndicat Burkinabé des Magistrats (SBM) et le Syndicat des Magistrats Burkinabès (SBM), dès l’arrivée, le 7 juillet 2022, de Blaise Compaoré dans le pays.


Publicité


Dernières minutes
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Football, mercato: L’ivoirien Hassane Kamara va signer à Nice
COVID-19/ côte d'ivoire : Enfin, une bonne nouvelle
Plusieurs chefs du commando de l'attaque de Kafolo interpellés
Convention du PDCI : Billon brise le rêve des anti-Bédié
Des barons du RHDP regrettent que Ouattara ait ‘’perdu la bénédiction de Bédié’’, selon un pro-Soro
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com