POLITIQUE

Mali : 425 nouveaux casques bleus ivoiriens sont arrivés à Tombouctou, l’un des épicentres de la lutte contre les terroristes

24 Août 2022 - Autres Sources
244 vues

425 nouveaux casques bleus ivoiriens sont arrivés à Tombouctou, dans l’un des épicentres de la lutte contre les terroristes, alors que l’armée malienne n’a toujours pas accès

425 nouveaux casques bleus ivoiriens sont arrivés à Tombouctou, dans l’un des épicentres de la lutte contre les terroristes, alors que l’armée malienne n’a toujours pas accès à un tiers du territoire du Mali et que la junte militaire du Colonel Assimi Goita, continue de détenir 49 soldats ivoiriens, arrêtés à l’aéroport de Bamako, en qualité de NSE.

Le deuxième Bataillon Projetable des Forces Armées de Côte d’Ivoire (casques bleus ivoiriens) a achevé son déploiement à Tombouctou dans le cadre de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA).  Tombouctou est l’un des épicentres de la lutte contre les terroristes au Mali. Plusieurs autorités de Bamako s’y rendent, sous escorte onusienne, donc de certains casques bleus ivoiriens.

De fait, ces casques bleus ivoiriens ont quitté successivement la Côte d’Ivoire, entre le vendredi 19 et le dimanche 21 août 2022, à bord d’avions de la compagnie Ethiopian Airways. Ils se sont rendus au pays du Colonel Assimi Goita, en relève de leurs prédécesseurs du Bataillon Pilote Projetable qui aura totalisé entre 18 et 30 mois en terre malienne. C’est désormais un contingent au grand complet qui va commencer son mandat huit mois après l’arrivée de ses 225 précurseurs présents à Tombouctou depuis le 6 janvier 2022.

Au total, ce sont 650 casques bleus maliens qui sont désormais à Tombouctou. Ils sont plus d’un millier au Mali et sur d’autres théâtres d’opération. Cinq casques bleus ivoiriens ont déjà perdu leur vie au Mali. L’arrivée de ces 425 soldats intervient un peu plus d’un mois après l’arrestation, alors qu’ils venaient d’arriver à l’aéroport de Bamako, de 49 soldats ivoiriens, partis prendre la relève de 50 éléments nationaux de soutien (NSE) présentés par le gouvernement de transition, comme des mercenaires. Les autorités avaient pourtant laissé rentrer le 7e détachement, qu’ils étaient allés relever, le même jour, passant par le même aéroport et à bord du même véhicule.

Après plusieurs refus, la junte malienne avait fini par accepter que des officiels ivoiriens entrent en contact avec les soldats arrêtés et que Bamako veut libérer en échange, entre autres, du rapatriement de barons du pouvoir déchu de Ibrahim Boubacar Kéita (IBK, mort des mois après le coup d’Etat de Assimi Goita qui l’a évincé du pouvoir), exilés à Abidjan. Un chantage grotesque que de nombreux analystes dénoncent à Abidjan.

« Le Conseil national de sécurité a été informé qu’après plusieurs refus des autorités maliennes, le chargé d’affaires et l’attaché militaire de l’ambassade de Côte d’Ivoire au Mali ont pu finalement rencontrer les 49 soldats. Ces derniers, comme de vaillants militaires, ont le moral au beau fixe et supportent avec courage leurs conditions de détention », a déclaré le CNS à l’issue de sa dernière réunion.

L’arrivée de nouveaux casques bleus ivoiriens au Mali, qui n’a pas fait l’objet de communication de la part des autorités maliennes, vient confondre davantage la junte qui a, de plus en plus de mal, à convaincre l’opinion internationale, sur la pertinence de la détention des soldats ivoiriens.


Publicité


Dernières minutes
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Roger Banchi se réjouit de la candidature de Bédié et nargue Ouattara
Football, mercato: L’ivoirien Hassane Kamara va signer à Nice
COVID-19/ côte d'ivoire : Enfin, une bonne nouvelle
Plusieurs chefs du commando de l'attaque de Kafolo interpellés
Convention du PDCI : Billon brise le rêve des anti-Bédié
Des barons du RHDP regrettent que Ouattara ait ‘’perdu la bénédiction de Bédié’’, selon un pro-Soro
Après son retrait du RHDP, le PDCI est devenu très attractif affirme le Secrétaire exécutif Maurice Guikahué, au “Fauteuil blanc“ du Nouveau Réveil
C’est à Charles Diby de dire s’il est PDCI ou pas. Allez donc lui poser la question (M. Guikahué)
Aujourd’hui, je suis allé saluer Gbagbo et je suis heureux de m’être réconcilié avec lui ( M. Guikahué)
Publicité
D'autres articles

Tous droits réservés www.rue80.com